Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
La gratuité de la prise en charge des personnes vivant avec le VIH/Sida est décrétée, mais inégalement appliquée au Cameroun

La gratuité de la prise en charge des personnes vivant avec le VIH/Sida est décrétée, mais inégalement appliquée au Cameroun

Paru le mercredi, 26 février 2020 10:14

Depuis le 1er janvier 2020, les personnes vivant avec le VIH/Sida expérimentent la gratuité de la prise en charge au Cameroun. Le président de la République, Paul Biya, a en effet décrété la gratuité de tous les services liés à la prise en charge de cette maladie en décembre dernier. Désormais, les patients sont censés bénéficier des consultations, des tests de dépistage, des examens de charge virale et de résistance, sans débourser une contrepartie financière.

Ces facilités s’ajoutent à la gratuité des antirétroviraux (ARV) effective au Cameroun depuis 2007, et financée par l’État avec l’appui des bailleurs de fonds comme le Fonds mondial de lutte contre le sida, le paludisme et la tuberculose. Pour cette année, les États-Unis se sont également engagés à appuyer le Cameroun à hauteur de 57 milliards de FCFA afin de lever ces barrières financières d’accès aux soins.

Toutefois, sur le terrain, cette décision est diversement implémentée. L’hôpital du jour de l’Hôpital central de Yaoundé s’est par exemple conformé aux nouvelles directives. Dans une note datant du 15 janvier 2020, le directeur de cet hôpital, Pr Joseph Pierre Fouda, informe que « les services relatifs à la prise en charge du VIH/Sida, sont désormais gratuits au complet » dans cette formation sanitaire, suite à la décision du ministre de la Santé.

Mais dans d’autres formations sanitaires, la nouvelle mesure tarde à s’appliquer. Au Centre hospitalier universitaire (CHU) de Yaoundé, les personnes vivant avec le VIH/Sida payent encore à la caisse pour se faire consulter. « On ne pouvait pas appliquer la mesure du ministre sans en avoir les contours techniques », se défend le Pr Mve Koh, responsable du Centre de traitement agréé pour le VIH/Sida du CHU de Yaoundé.

Le Cameroun compte environ 530 000 personnes vivant avec le VIH/Sida. La prévalence nationale du pays a reculé de 3,4% en 2018 à 2,7% en 2019, selon le Comité national de lutte contre cette pandémie (CNLS). Pour la même année, 303 000 personnes étaient sous traitement contre 268 939 patients en 2018.

BE

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.