Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Extrême-Nord : 400 000 élèves manquent le CEP 2020 faute d’acte de naissance

Extrême-Nord : 400 000 élèves manquent le CEP 2020 faute d’acte de naissance

Paru le mercredi, 26 août 2020 12:11

Près de 400 000 élèves inscrits au Cours moyen deuxième année (CM2) dans la région de l’Extrême-Nord n’ont pas passé le Certificat d’études primaires (CEP) cette année, pour défaut d’acte de naissance. Ces chiffres ne reflètent cependant pas l’ampleur du phénomène dans cette partie du pays car, le constat est généralement fait lorsque les enfants arrivent à la fin de leur cycle primaire.

L’Extrême-Nord est en effet la région qui enregistre le taux le plus bas d’enregistrements des enfants de moins de cinq ans dans le pays. Soit 42% contre 66,1% au niveau national, selon l’enquête par grappes à indicateurs multiples (MICS) réalisée par l’Institut national de la statistique (INS) en 2014.

L’absence d’enregistrement des naissances peut résulter de nombreux obstacles : l’ignorance des parents ; la distance jusqu’au bureau d’état civil le plus proche, notamment en zone rurale où le taux d’enregistrement est de 53% contre 84 en zone urbaine ; le manque de connaissances concernant les modalités d’enregistrement de la naissance d’un enfant et les frais d’enregistrement d’une naissance ou d’obtention d’un acte de naissance, dont le montant peut être dissuasif pour certaines familles. Pour inverser la courbe, le gouvernement travaille avec les partenaires au développement pour renforcer le système d’état civil.

Depuis mars 2018, le Cameroun a engagé, avec le soutien du Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) et l’Union européenne (UE), le Projet d’enregistrement universel des naissances en Afrique (Peuna). Ce projet vise une réforme en profondeur du fonctionnement du système national de l’état civil. Il est mis en œuvre dans les régions de l’Extrême-Nord et de l’Est. L’objectif global est d’augmenter de 20%, le taux d’enregistrement des naissances dans les deux sites pilotes du projet en adressant les problèmes liés à l’environnement de l’état civil, l’offre de service de l’état civil et la demande de service de l’état civil.

À ce jour, les activités réalisées par le Bureau national de l’état civil (Bunec) ont permis de « développer un nouveau modèle d’enregistrement des naissances (…) porté par trois innovations à savoir : la notification électronique des naissances, la projection du service de l’état civil vers les communautés et la collecte et la transmission des données statistiques », indique cet organe.

Patricia Ngo Ngouem

Lire aussi:

Sous-déclaration des faits d’état civil : ignorance, négligence, analphabétisme, pauvreté… en cause

Dernière modification le mercredi, 26 août 2020 12:44

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.