Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Le procès sur le saccage de l’ambassade du Cameroun en France s’ouvre

Le procès sur le saccage de l’ambassade du Cameroun en France s’ouvre

Paru le vendredi, 28 février 2020 11:52

La justice française accélère la procédure enclenchée au sujet du saccage de l’Ambassade du Cameroun à Paris. Selon un communiqué de l’ambassadeur du Cameroun en France, Alfred Nguini,  le procès relatif à cette affaire s’ouvre le vendredi 28 février prochain à Paris.

« Les enquêtes se sont accélérées et trois prévenus considérés comme les meneurs de ces bandes, membres de la Brigade anti-sardinards (Bas), les nommés Waffo Wanto dit “Général Wanto”, Thiam Abdoulaye dit “Calibri Calibro”, Azonsop Tchetchago Nelson, dit “Maître corbeau”, sont renvoyés devant le Tribunal correctionnel de Paris le 28 février 2020 pour y être jugés », informe le diplomate camerounais.

Le communiqué indique par ailleurs que l’opposant camerounais Maurice Kamto et son parti politique, le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), se sont « contre toute attente » constitués partie civile.

Si Maurice Kamto est soupçonné par le gouvernement camerounais d’être l’instigateur du saccage de l’ambassade du Cameroun à Paris, aucune plainte n’a été déposée contre lui en France.

Au soir du 26 janvier, une cinquantaine de manifestants camerounais avaient envahi et saccagé l’ambassade du Cameroun. L’événement de Paris entrait dans le sciage des manifestations organisées (sans autorisation du gouvernement) par le MRC contre ce qu’il a qualifié de « hold-up électoral ». Alfred Nguini avait déposé une plainte « contre X » pour « association de malfaiteurs, vandalisme, dégradations volontaires, vol aggravé, menaces et autres, étant entendu que ces infractions ont été commises en réunion et en bandes organisées ».

BE

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.