Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Lutte contre la corruption : en hausse, les flux financiers repérés par l'ANIF se chiffrent à 124 milliards FCFA en 2020

Lutte contre la corruption : en hausse, les flux financiers repérés par l'ANIF se chiffrent à 124 milliards FCFA en 2020

Paru le mardi, 28 septembre 2021 11:45

D’après le 10è rapport de la Commission nationale anti-corruption (Conac) sur l’état de la lutte contre la corruption au Cameroun en 2020, l’Agence nationale d’investigation financière (ANIF) a envoyé 232 rapports aux juridictions et autres autorités compétentes pour des flux financiers repérés d’un montant de 124,197 milliards FCFA.

Le rapport relève une nette augmentation (53,78 %) du montant global des flux financiers repérés par rapport à 2019. « Cette augmentation s’explique principalement par les importants flux financiers repérés dans les affaires liées aux fraudes diverses et aux détournements de deniers publics », justifie le document. Celui-ci note une explosion des cas de fraudes diverses, passés de 67 cas en 2019 à 146 cas en 2020, pour un montant ayant évolué de 58,888 milliards à 87,183 milliards. Les détournements de deniers publics occupent le second rang avec 10 cas d’un montant de 34,674 milliards.

Entre le début de ses activités en 2006 et 2020, l’ANIF a reçu au total 5 361 déclarations de soupçons provenant à 91,31 % des banques. Dans le même temps, le service public de renseignement financier institué par le règlement Cemac portant prévention et répression du blanchiment des capitaux et financement du terrorisme dans chaque Etat de la sous-région a transmis au total 1203 dossiers faisant état de soupçons de blanchiment de capitaux, de ses infractions connexes et de financement des activités et réseaux terroristes.

« Ceux qui détournent, extorquent mal les fonds publics doivent savoir que les richesses mal acquises ne seront plus jamais utilisées en toute quiétude dans les jours à venir. Se livrer à la corruption doit désormais être considéré comme un jeu perdu d’avance », prévient la Conac.

Elle annonce qu’avec la signature de la Convention de l’Union africaine sur la prévention et la lutte contre la corruption, « le Cameroun prendra des mesures fortes pour incriminer l’enrichissement illicite, lutter contre la dissimulation ou le blanchiment des produits d’actes de corruption ou d’infractions assimilées, assurer la déclaration des biens et avoirs ».

D.M.

Dernière modification le mardi, 28 septembre 2021 13:25

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.