Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Congé technique : le DG Camair-Co déplore la mauvaise foi des partenaires sociaux

Congé technique : le DG Camair-Co déplore la mauvaise foi des partenaires sociaux

Paru le mercredi, 29 avril 2020 15:52

Dans une correspondance adressée le 23 avril 2020 au ministre des Transports, le directeur général de Camair-Co regrette « la mauvaise foi de certains partenaires sociaux qui, au mépris de la situation préoccupante dans laquelle se trouve actuellement la compagnie, multiplient des manœuvres d’instrumentalisation tendant à dissuader le personnel à adhérer aux orientations prises par la direction générale ».

Louis Georges Njipendi Kuotu (photo) fait référence aux délégués du personnel, qui ont brillé par leur absence à la réunion du 21 avril dédiée à la sensibilisation des différents acteurs sur le contexte défavorable actuel. Il était davantage question d’expliquer au personnel l’option du chômage technique envisagée.

En effet, pour faire face aux effets néfastes de la pandémie de Covid-19, la direction générale de Camair-Co se propose de mettre 371 employés en congé technique à compter de mi-mai pour une durée de 6 mois. La mesure concerne au premier chef les personnels dont l’activité est directement impactée par la suspension de l’exploitation.

Le DG précise que les 206 personnels qui resteront en poste « s’attèleront à la gestion des affaires courantes, à la maintenance de tous les aéronefs (…), à la recherche des solutions aux différents problèmes conjoncturels et structurels de la Camair-Co ». Le coût prévisionnel de cette mesure, dont la mise en œuvre est tributaire de l’appui financier du ministère des Finances, se chiffre globalement à 1 479 283 822 FCFA.

Et c’est là la pomme de discorde entre le management et les délégués du personnel. D’après un syndicaliste, la clé de calcul proposée par la direction générale lèse certains personnels. Bien plus, le Syndicat des travailleurs des transports aériens (STTA), dans un préavis de grève signé le 24 février, dénonce les errements managériaux susceptibles de conduire l’entreprise vers un crash.

D.M.

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.