Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Rentrée scolaire : les mauvaises pratiques persistent lors des inscriptions, malgré le coup de semonce de Nalova Lyonga

Rentrée scolaire : les mauvaises pratiques persistent lors des inscriptions, malgré le coup de semonce de Nalova Lyonga

Paru le mardi, 31 août 2021 13:13

« Il m’a été donné de constater qu’à l’occasion des rentrées scolaires, les élèves et leurs parents sont victimes de pratiques éhontées et multiformes de corruption : monnayage du recrutement des élèves, vente de tenues, d’écussons et autres fiches ou carnets non prescrits par les textes officiels », déplore la ministre des Enseignements secondaires (Minesec), Nalova Lyonga.

Afin de mettre fin à ces pratiques qui écornent l’image de marque du système scolaire, elle rappelle dans une circulaire signée le 27 août 2021 les modalités d’inscription des élèves dans les établissements scolaires publics relevant de l’enseignement secondaire. Par exemple, le paiement des contributions exigibles et des frais d’examens se fait uniquement auprès des établissements bancaires et autres opérateurs agréés.

Cette mesure oblige aussi chaque établissement scolaire à disposer uniquement de deux comptes bancaires, l’un dédié à la sécurisation des contributions exigibles et des frais d’examens et l’autre à la domiciliation des contributions faites dans le cadre des associations de parents d’élèves et d’enseignants (Apee).

En dépit de ce rappel, les recrutements dans les classes de 6e , de Form 1 et de seconde de l’enseignement technique censées se faire uniquement sur concours font toujours l’objet de marchandage. « Le gouvernement tient des discours qui ne changent rien à la réalité », éructe un parent d’élève ayant déboursé 50 000 FCFA pour obtenir une place en classe de terminale scientifique pour sa fille dans un lycée de Yaoundé. Il reconnaît que le dossier de son enfant n’est pas passé par la commission prévue par la réglementation portant organisation des établissements scolaires publics.

Un autre parent note que la circulaire de la Minesec fait de peu de cas des abus pourtant légion depuis des lustres dans le fonctionnement des Apee. « Les frais varient d’un établissement à un autre et ne tiennent pas compte des besoins réels de l’établissement. Le comble, c’est que depuis des années la gestion de ces contributions se trouve au cœur de nombreuses malversations sans forcément donner lieu à une sanction contre leurs auteurs », s’insurge-t-il.

D.M.

Dernière modification le mardi, 31 août 2021 13:16

● E-Arnaques


● Fact Cheking




A la rencontre de Jean David Nkot, artiste plasticien (part 1)

 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.