Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Autonomisation des femmes : l’audit d’un projet de 44 milliards de FCFA destiné au septentrion en préparation

Autonomisation des femmes : l’audit d’un projet de 44 milliards de FCFA destiné au septentrion en préparation

Paru le vendredi, 18 juin 2021 12:16

Le ministère de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (Minepat) vient de lancer une procédure en vue de recruter un cabinet devant évaluer la stratégie de distribution à base communautaire (DBC) du Projet d’autonomisation des femmes et le dividende démographique au Sahel (SWEDD). Le Cameroun a adhéré à ce projet en 2020 lors de sa seconde phase et s’est vu accordé un financement de plus de 44 milliards de FCFA pour la cause.

L’argent doit servir principalement l’accroissement de l’autonomisation des femmes et des adolescences et leur accès à des services de qualité en matière de santé de la reproduction, de santé de l’enfant et de santé maternelle dans les régions de l’Adamaoua, de l’Extrême-Nord et du Nord. SWEDD2 cible 703 282 adolescentes âgées entre 10 et 19 ans résidant dans les trois régions septentrionales vulnérables aux mariages et grossesses précoces, à la déscolarisation ainsi que leurs communautés.

Il s’agira donc pour le partenaire retenu d’apprécier la pertinence et la performance des stratégies d’approvisionnement des intrants et de mesurer la pertinence, l’efficacité et l’efficience de la DBC. De manière concrète, sa mission consistera à apprécier la perception et le niveau d’implication de la communauté à la DBC et comment elle favorise un accès plus équitable aux services de contraception pour les populations défavorisées, les adolescentes et les jeunes filles en particulier ou les communautés isolées. Le cahier de charge du consultant prévoit aussi éventuellement d’inventorier les facteurs qui entravent ou défavorisent la mise en œuvre efficace de la DBC et de proposer une réorientation éventuelle des objectifs et des stratégies afin d’atteindre les résultats escomptés.

Le projet est divisé en trois composantes. La première vise à « générer une demande pour les services de santé reproductive, maternelle, néonatale, infantile, adolescente et nutritionnelle en favorisant les changements sociaux et comportementaux et l’autonomisation des femmes et des filles ». Il est question à travers la seconde composante d’appuyer la mise en œuvre d’un programme politique qui met la transition démographique, le capital humain et l’égalité des sexes au centre des stratégies pour la croissance et la réduction de la pauvreté. La dernière veut améliorer la prestation des services de santé de la reproduction à travers notamment l’élimination des goulots d’étranglement systémiques, particulièrement en milieu rural.

D.M.

Lire aussi :

44 milliards FCFA de la Banque mondiale pour l’autonomisation des femmes au Cameroun

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes