Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Covid-19 : des personnels non vaccinés interdits d'accès à l’Hôpital général de Yaoundé

Covid-19 : des personnels non vaccinés interdits d'accès à l’Hôpital général de Yaoundé

Paru le vendredi, 13 août 2021 10:35

Le personnel non vacciné contre la Covid-19 et sans poste de travail « ne sera plus admis à l’Hôpital général de Yaoundé (HGY) mais continuera à percevoir son salaire sans les compléments liés au travail (primes de rendement, transport, garde, astreinte et technicité) jusqu’à nouvel avis », selon une note de service du directeur général de cette formation sanitaire, Pr Vincent de Paul Djientcheu, signée le 12 août dernier.

En outre, le personnel soignant et non soignant non immunisé « ne pourra plus servir dans les endroits où les patients sont précaires (réanimation, hémodialyse, oncologie, urgences…) », peut-on lire dans le document. Cette décision, selon le DG de l’HGY, s’inscrit dans le cadre d’un « redéploiement interne en prélude à la riposte de la troisième vague de la Covid-19 où le variant Delta circule déjà à Douala et Yaoundé ».

Le Centre Pasteur du Cameroun (CPC) a en effet récemment informé le ministre de la Santé publique (Minsanté) de l’identification de 14 cas positifs au variant Delta (encore appelé variant indien) dans les deux grandes métropoles du pays entre mai et juillet 2021. Cette mesure devrait cependant faire grincer des dents du côté du personnel, alors que le gouvernement a toujours insisté sur le caractère non obligatoire de la vaccination.

Immunité collective

« Sous d’autres cieux, vous avez compris qu’il y a une obligation déjà de vaccination du personnel de santé et que celui qui n’est pas vacciné n’aura pas de salaire », a déclaré le ministre Malachie Manaouda, lors d’une rencontre avec les responsables des hôpitaux le 14 juillet dernier. C’est notamment le cas de la France, où la vaccination sera obligatoire pour tout le personnel des établissements de santé à compter du 15 septembre prochain.

« C’est important que nous n’arrivions pas là, mais que, spontanément, nous puissions nous faire vacciner dans notre intérêt personnel et puis dans l’intérêt de ceux que nous recevons à l’hôpital ou dans nos bureaux, parce qu’ils peuvent nous dire que nous avons mis leur vie en danger », a ajouté le ministre. Il n’est pas exclu que d’autres formations sanitaires suivent l’exemple de l’HGY, le Minsanté ayant invité les responsables des hôpitaux à mettre l’accent sur la vaccination.

« Il faut demander à tout le monde de se faire vacciner parce que cette troisième vague est inévitable. Mais il faut qu’en venant, [elle] trouve des personnes bien préparées, bien structurées et que ça ne puisse pas faire des victimes », a-t-il ajouté. Cette recommandation intervient dans un contexte où le seuil de vaccination des Camerounais ne permet pas encore d’atteindre l’« immunité collective » tant espérée par le gouvernement pour essayer d'enrayer l’épidémie de Covid-19.

P.N.N

Lire aussi :

Covid-19 : le personnel de santé divisé sur la vaccination

● E-Arnaques


● Fact Cheking




Les plus gros consommateurs de maïs du Cameroun (2020)

InfographieIC gros consommateurs mais cameroun

 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.