Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
LFPC : Pierre Semengue peine à justifier l’utilisation d’une subvention publique de 360 millions de FCFA

LFPC : Pierre Semengue peine à justifier l’utilisation d’une subvention publique de 360 millions de FCFA

Paru le mercredi, 14 octobre 2020 13:38

Depuis le 24 juin 2020, une mission de contrôle diligentée par le ministre des Finances (Minfi), Louis Paul Motaze, séjourne au ministère des Sports et de l’Éducation physique (Minsep).

Cette mission supervisée par la division du contrôle budgétaire, de l’audit et de la qualité de la dépense du Minfi vise un apurement des déblocages de fonds effectués par le Minsep au titre de l’exercice budgétaire 2019.

« Les manquements et autres irrégularités de tous genres constatés devront être mentionnés dans le procès-verbal d’apurement qui devra être signé entre les membres de l’équipe de mission et le billeteur ou bénéficiaire », prescrit le Minfi.

C’est dans cette logique que le chef de mission, Claude Patching, demande au président de la Ligue de football professionnel du Cameroun (LFPC), le général Pierre Semengue, par courrier daté du 23 septembre, de lui « faire tenir le compte d’emploi et les pièces justificatives du déblocage de fonds d’un montant de 360 000 000 FCFA ».

Accord de subventions après la suspension de la LFPC

Cet argent a été viré par le Minsep au titre de la subvention de l’État à la LFPC. Sauf que, susurrent certains présidents de clubs, au lieu de produire les documents exigés, le président de la LFPC les a à son tour saisis pour justifier l’utilisation « des subsides » mis à leur disposition.

C’est que, souffle sous anonymat une source, se targuant d’une bonne connaissance du dossier, la mission a constaté que le Minsep a effectué trois déblocages de fonds en faveur de la LFPC en novembre 2019, alors que celle-ci était suspendue depuis le mois de septembre par la Fecafoot.

« Tous les 360 millions n’auraient pas été utilisés aux fins prévues. Une partie aurait servi au financement de la procédure initiée par la LFPC contre la Fecafoot devant le TAS. D’où la difficulté à produire un compte d’emploi », veut croire un président de club.

D.M.

Lire aussi :

Football professionnel : 22 présidents de clubs demandent la dissolution de la LFPC

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.