Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Crise anglophone : Yaoundé en quête d’un cessez-le-feu

Crise anglophone : Yaoundé en quête d’un cessez-le-feu

Paru le samedi, 04 juillet 2020 15:02

« Hier, 2 juillet 2020, neuf d’entre nous ont rencontré une équipe de la République du Cameroun, pour initier un cessez-le-feu suite à l’appel de l’ONU », informe Julius Ayuk Tabe, leader séparatiste anglophone en détentions à la prison principale de Kondengui à Yaoundé, dans un communiqué rendu public ce 3 juillet.

Cette rencontre entre les mandataires du gouvernement camerounais et les partisans de la sécession des régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest a été confirmée à l’Agence France-Presse (AFP) par un haut responsable de l’ONU sous le couvert de l’anonymat.

Mais les autorités camerounaises restent pour l’instant muettes sur cette initiative. À en croire nos informations, cette discrétion se justifierait notamment par le fait qu’il s’agit pour l’instant de contacts préliminaires. Il est question de connaître les conditions posées par les sécessionnistes pour rendre effectif le cessez-le-feu en zone anglophone.

Au mois de mars dernier, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a lancé un appel en faveur d’un cessez-le-feu dans le monde. Selon le 18e rapport sur « la situation en Afrique centrale et les activités du Bureau régional des Nations unies pour l’Afrique centrale », seule l’APLM-Socadef, une des milices acquises à la cause séparatiste a répondu favorablement à cet appel. Yaoundé essaye donc d’obtenir que les autres groupes armés en activité dans les régions anglophones acceptent de taire les armes.

Dans ses sorties médiatiques ces derniers mois, Ayuk Tabe, qui s’est autoproclamé président de l’État fantôme de l’Ambazonie, a souvent posé plusieurs préalables à un cessez-le-feu. Il réclame notamment que les militaires se retirent du Nord-Ouest et du Sud-Ouest et qu’une amnistie soit prononcée en faveur des personnes emprisonnées dans le cadre de la crise anglophone.

Dans son communiqué, Ayuk Tabe indique que les discussions sont toujours en cours. Il ajoute par ailleurs qu’il reste attaché « à la restauration de l’indépendance de la patrie ».

Aboudi Ottou

Lire aussi :

Des prix Nobel font pression pour inscrire la crise anglophone à l’ordre du jour du Conseil de sécurité de l’ONU

Crise anglophone : trois ans après, la situation vue de l’ONU

Dernière modification le mardi, 07 juillet 2020 03:47

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.