Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
CAN 2021 : les autorités camerounaises multiplient les initiatives pour remplir les stades

CAN 2021 : les autorités camerounaises multiplient les initiatives pour remplir les stades

Paru le vendredi, 14 janvier 2022 12:25

Au Cameroun, les autorités s’affairent pour remplir les stades pendant la Coupe d’Afrique des nations (CAN) que le pays organise depuis le 9 janvier. À l’Ouest, élites et personnalités de la région se mobilisent pour que les supporters soient présents dans les gradins, notamment à l’occasion des matchs de la deuxième journée de poule dans le groupe B ce vendredi 14 janvier au stade de Kouekong, à Bafoussam. 

Le gouverneur de l’Ouest, Awa Fonka Augustine, a exhorté jeudi les responsables des services publics, parapublics et privés de sa circonscription administrative d’accorder « une courte permission d’absence » à leurs personnels ce vendredi à partir de 12h. Ce, pour leur permettre de vivre en direct les matchs Sénégal-Guinée et Malawi-Zimbabwe, programmés respectivement à 14h et 17h. 

Distribution des tickets

Cette demande du gouverneur est une « réponse à la doléance des nombreux travailleurs, inconditionnels du football, de communier avec les équipes nationales en compétition dans la poule B de la CAN TotalEnergies Cameroun 2021 basée à Bafoussam », indique l’autorité administrative dans un communiqué. De son côté, l’ancienne maire de Bangangté, Célestine Ketcha Courtès, aujourd’hui ministre de l’Habitat et du Développement urbain (Minhdu), offre des tickets d’accès au stade aux jeunes pour une participation massive à ces matchs. 

Une mesure similaire a été prise par le député Albert Kouinche, par ailleurs président de la section RDPC (Rassemblement démocratique du peuple camerounais, au pouvoir) du Koung-Khi, à l’Ouest. Ce dernier a également mis un bus à la disposition des populations pour le transport aller-retour au stade de Kouekong, à partir de Bandjoun. L’homme politique invite ainsi « les uns et les autres à y assister massivement, afin de faire partir à part entière des maillons de la réussite de la CAN en terre camerounaise et à l’Ouest du pays ».  

Moyens de transport

Le maire de la ville de Bafoussam, Roger Tafam, a été le premier à annoncer avoir mis à la disposition des populations des navettes gratuites par bus pour les matchs de ce vendredi dans la ville. À Yaoundé, des dispositions ont également été prises par les autorités locales pour faciliter le déplacement des supporters vers le stade d’Olembe, où les Lions indomptables disputent leurs matchs de phase de poules. Trois minibus ont ainsi été mis à la disposition des fans du ballon rond pour leur permettre d’aller encourager l’équipe nationale camerounaise qui joue pour un sixième sacre continental. L’annonce en a été faite le 6 janvier dernier par le gouverneur du Centre, Naseri Paul Bea. 

Après la mobilisation exceptionnelle du match d’ouverture le 9 janvier dernier, les autres rencontres se sont jouées dans des stades quasiment vides. À l’exception toutefois de l’affiche Nigeria-Egypte où l’on a pu voir du monde dans les gradins du stade Roumdé Adjia à Garoua, capitale régionale du Nord. Pour le match Cameroun-Ethiopie (4-1) ce jeudi 13 janvier, peu de spectateurs étaient présents au stade d’Olembe d’une capacité de 60 000 places, alors que la Confédération africaine de football (CAF) a autorisé une jauge de 80% pour les matchs du Cameroun, hôte de la compétition.  

Appel à la mobilisation

Une faible participation qui apparaît comme un constat d’échec populaire, dans la mesure où les autorités camerounaises ont toujours appelé à la mobilisation générale autour de la CAN et des Lions pour faire de cet événement sportif une fête populaire. Le protocole sanitaire anti-Covid-19 a pu freiner les ardeurs des supporteurs, l’accès au stade étant notamment soumis à l’obligation vaccinale dans un pays où 4,6% de la population était entièrement vaccinée à la date du 20 décembre 2021, selon les données du Programme élargi de vaccination (PEV). L’objectif des autorités était de vacciner au moins 20% de la population cible avant le début de la compétition. L’horaire de certains matchs et les prix des tickets d’accès au stade jugés élevés par certains supporters peuvent également avoir rebuté plus d’un.

Le 11 janvier, le ministre de la Communication (Mincom), René Emmanuel Sadi, a appelé à « la mobilisation de tous » à garnir les gradins des stades tout au long de la compétition et dans tous les sites abritant les rencontres. « Le gouvernement, par ma voix, exhorte toutes les Camerounaises et tous les Camerounais à continuer de tout entreprendre, dans le strict respect des règles édictées, pour assister aux différentes rencontres dans un esprit de fair-play, de discipline et de fraternité, car c’est également à cette condition que nous gagnerons le pari que nous nous sommes assigné et qu’a réitéré solennellement le président de la République : celui de faire de la CAN la plus belle jamais organisée sur le continent africain », a déclaré le porte-parole du gouvernement. 

P.N.N 

Lire aussi :

CAN 2021 : la stratégie de la mairie de Bafoussam pour remplir le stade de Kouekong

CAN 2021 : avec les contraintes d’accès au stade, fan zones et villages de la CAN se posent comme alternatives

CAN 2021 : les prix des billets d’accès aux stades jugés élevés par certains supporters

Dernière modification le vendredi, 14 janvier 2022 12:59

● E-Arnaques


● Fact Cheking




Infographie sur le taux d’insertion des jeunes diplômés au Cameroun entre 2016 et 2020

InfographieSBBC cameroun insertion jeunes diplomes

 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes