Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Fistules obstétricales : des centres de réparation pour redonner de l'espoir aux victimes

Fistules obstétricales : des centres de réparation pour redonner de l'espoir aux victimes

Paru le mercredi, 25 août 2021 07:58

Quinze ans auparavant, les femmes souffrant de fistules obstétricales - une maladie incontinente provoquée par un accouchement prolongé et difficile - étaient opérées lors des campagnes de réparation gratuite dans des sites choisis au préalable et sur une période donnée au Cameroun. Aujourd'hui, des centres ont été créés pour la prise en charge régulière et continue des patientes dans les hôpitaux. C'est le cas du centre de réparation des fistules obstétricales de l'Hôpital protestant de Ngaoundéré (HPN), dans l'Adamaoua.

Ce centre accueille des patientes venant de diverses villes et localités de cette région, mais aussi d'autres régions et des pays voisins comme la République centrafricaine (RCA). Depuis le début de cette année, 51 femmes y ont été opérées, rapporte le personnel soignant. Initialement, le centre devait réparer 45 femmes, précise Pascal Ngomna, surveillant général de l'HPN. « Mais à l'issue de la campagne que nous avons eue cette année, nous nous sommes rendu compte que ce nombre avait été dépassé. Ce qui nous a amenés à refaire le plan de travail annuel », explique cet infirmier.


Urines

« Avec l'accord de l'UNFPA (qui accompagne le gouvernement dans la lutte contre les fistules obstétricales, Ndlr), nous avons eu l'autorisation de prendre 100 femmes cette année. Il y a des femmes qui attendent encore d'être opérées », poursuit-il. Rabiatou Bakary fait partie des femmes « réparées » de ce centre. La jeune femme de 36 ans affiche un sourire radieux ce samedi 21 août. Dans quelques jours, elle pourra retourner dans son foyer, après avoir passé plus d'un mois dans cette unité de soins.

Elle vient d'être opérée avec succès d'une fistule vésico-vaginale, une pathologie qui se manifeste par un écoulement continu et incontrôlé des urines. Elle l'a contractée après son dernier accouchement. Si la césarienne a mis fin à ses souffrances, son bébé n'a pas survécu comme les deux premiers. « Je perdais les urines à tout moment et il fallait toujours me garnir (porter des serviettes hygiéniques, Ndlr). Cela me rendait triste et je pleurais tout le temps. J'étais toujours isolée, car les autres me rejetaient et personne ne voulait partager les repas que je préparais, à l'exception de mon mari qui m'a toujours soutenue », raconte-elle.

Dignité

« Aujourd'hui, je suis sèche et je remercie tous ceux qui ont contribué à me redonner le sourire », dit-elle en langue locale. Cela fait 15 ans que Rabiatou souffre de fistules obstétricales, une maladie qui touche 20 000 femmes au Cameroun, avec 2000 nouveaux cas détectés chaque année dans le pays, selon les statistiques du ministère de la Santé publique (Minsanté). « Elle a été opérée deux fois, en 2019 et en 2021. La première intervention n'avait pas abouti. On lui a donné rendez-vous et elle est revenue. Maintenant, ça va. L'opération a réussi et je compte la libérer d'ici la semaine prochaine (cette semaine, ndlr) », affirme Geneviève Abbé, infirmière-accoucheuse en service depuis deux ans au centre de réparation de l'HPN.

Sa prise en charge a couté entre 400 et 500 000 FCFA, apprend-on. Mais Rabiatou n'a déboursé aucun frais, car les patientes sont opérées gratuitement depuis 2018 dans ce centre, dans le cadre du Projet d'appui à la santé maternelle, néonatale et infantile (Pasmni). Cette prise en charge englobe également le transport, la nutrition, les médicaments et le contrôle post-opératoire. Outre le centre de réparation de l'HPN, les hôpitaux régionaux de Ngaoundéré (Adamaoua), de Maroua (Extrême-Nord), de Garoua (Nord) et l'Hôpital central de Yaoundé (Centre) notamment restaurent également la dignité des femmes, grâce à un personnel formé et qualifié et un plateau technique adéquat.

Patricia Ngo Ngouem, à Ngaoundéré

Lire aussi:

Au moins 500 femmes à opérer de fistules obstétricales en 2021, une maladie qui affecte 20 000 personnes au Cameroun

Adamaoua: des opérations chirurgicales gratuites pour les femmes victimes des fistules obstétricales

● E-Arnaques


● Fact Cheking




Les plus gros consommateurs de maïs du Cameroun (2020)

InfographieIC gros consommateurs mais cameroun

 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.