Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Paul Biya apporte un démenti aux rumeurs, en recevant en audience l’ambassadeur de France

Paul Biya apporte un démenti aux rumeurs, en recevant en audience l’ambassadeur de France

Paru le jeudi, 16 avril 2020 17:50

Paul Biya a fait sa première apparition publique depuis plus de 4 semaines, en recevant ce 16 avril 2020 Christophe Guilhou, l’ambassadeur de France au Cameroun. « Au menu de notre échange de cet après-midi, la gestion de la pandémie du Covid-19 au Cameroun, en France et dans le Monde », peut-on lire dans un tweet du chef de l’État camerounais.

De nombreuses rumeurs, portées sur les réseaux sociaux des activistes pro-opposition radicale, avaient déclaré le chef de l’État mort ou en grande difficulté de santé sans jamais apporter de preuves à de telles allégations. Ils reprochaient aussi au président le fait de ne pas prendre la parole, alors que se multipliaient, chaque jour, des annonces de progression du Coronavirus dans le pays.

Cette discrétion du président a aussi donné lieu à une grosse activité politique, notamment de la part du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), le parti dirigé par Maurice Kamto, qui refuse toujours d’admettre son échec lors de l’élection présidentielle d’octobre 2018. Ce dernier a saisi le parlement semaine, après plusieurs « avertissements », pour en obtenir le constat de la vacance du pouvoir dans le pays.

Paul Biya n’a en effet plus fait d’apparition publique depuis le 11 mars 2020, lorsqu’il a reçu l’ambassadeur des États-Unis au Cameroun. Mais face à la violence du Coronavirus, les membres de son gouvernement se sont montrés actifs, rappelant en chaque circonstance de prise de parole que la riposte était menée sous la coordination de leur chef. Entre temps, le Premier ministre a annoncé la création d’un fonds de lutte contre la pandémie « sur hautes instructions du président de la République ».

Enfin, même si on ne l’entendait pas, il a signé une vingtaine de décrets, dont ceux du 15 avril allégeant les peines de prison au profit de certains prisonniers et nommant le juriste Joseph Owona, comme membre du Conseil constitutionnel.

Idriss Linge

16-04-2020- Constat de la « vacance du pouvoir » : le pari perdu de Maurice Kamto

04-04-2020- Maurice Kamto s’enlise dans la logique insurrectionnelle

30-03-2020- Levée de bouclier contre Maurice Kamto après son « ultimatum » donné à Paul Biya

27-03-2020- René Sadi : « le président de la République vaque normalement à ses occupations »

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.