Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Covid-19: la mise au point du Minfopra après la polémique sur l’obligation vaccinale

Covid-19: la mise au point du Minfopra après la polémique sur l’obligation vaccinale

Paru le vendredi, 22 octobre 2021 02:52

Face à la levée de bouclier observée après l’initiative du gouvernement de faire vacciner tous les fonctionnaires et agents publics, le ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative (Minfopra) a tenu à faire une mise au point ce 21 octobre à Yaoundé. « Nous tenons à préciser qu’il n’a jamais été question d’obliger les personnels de l’Etat à se faire vacciner.  Persuader, Oui !!! Obliger, Non (Pas encore) !!! », a-t-il déclaré.

Le ministre Joseph Le a expliqué que cette campagne se veut « essentiellement persuasive (et) procède des hautes instructions du Premier ministre, Chef du gouvernement, relatives à la stratégie de riposte contre la pandémie du coronavirus (Covid-19) dans notre pays ».

Pour le Minfopra, « il s’agit, non pas de vous contraindre à vous faire vacciner, mais davantage de vous sensibiliser, de vous persuader, en vous présentant les bienfaits de cet acte salvateur, qui ne contraint nullement les agents publics à se soumettre à la vaccination, mais à les y exhorter dans l’intérêt de leur bien-être et celui de la société dans sa globalité ».

En début septembre, le ministre de l’Administration territoriale a lancé une campagne de vaccination de deux jours en direction du personnel de son département ministériel. Puis, le 17 septembre, c’était au tour du Minfopra de faire de même pour les personnels des services centraux et de la délégation régionale du Centre de son ministère. «143 personnels vaccinés en l’espace de 3h et 30 minutes. Belle performance enregistrée dès le coup d’envoi de la campagne de vaccination anti Covid au Minfopra. J’ai la conviction que le résultat, au terme de cette première opération qui va durer une semaine, ne sera pas négligeable », s’était-il réjoui. Plus tard, début octobre, c’est le ministre de la Santé qui initiait une campagne identique.

Ces campagnes ont provoqué les inquiétudes de corps de métier, à l’instar des avocats et des enseignants qui ont dénoncé le manque de ressorts juridiques qui appuient l’obligation vaccinale. Les enseignants ont d'ailleurs menacé de lancer une grève générale si le gouvernement persiste à imposer le vaccin contre le coronavirus.

« L'Etat du Cameroun, dans le cadre de ses missions régaliennes, entend, non seulement encourager les agents publics, mais aussi leur faciliter l’accès à cette offre de soins de santé que le Gouvernement met gratuitement à leur disposition », s’est défendu le ministre Joseph Le qui a plaidé pour une prise de conscience face à la pandémie.

L.A.

Lire aussi :

Covid-19 : le barreau du Cameroun contre les velléités des administrations à imposer illégalement le vaccin

Covid-19 : des campagnes pour augmenter la cadence de la vaccination dans les ministères

Obligation vaccinale anti Covid : 18 syndicats d’enseignants menacent d’entrer en grève

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.